×

Comment expliquer la catastrophe économique au Venezuela ?

Le Venezuela est plongé dans la plus sévère crise économique qu’ait dû affronter un pays latino-américain dans l’histoire moderne. Les perspectives de récupération sont pessimistes à court terme. On ne perçoit pas une véritable volonté politique de concevoir et mettre en œuvre un programme économique intégral qui corrigerait les déséquilibres macroéconomiques, les profondes distorsions des prix relatifs et le dysfonctionnement des institutions maintenant l’économie dans une situation de chaos.

Leonardo V. Vera

27 août 2018

Au cours des quatre dernières années, le Produit intérieur brut PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
(PIB) du Venezuela s’est effondré de près 40%, dans un contexte de pénurie qui n’affecte pas que les entreprises par l’absence d’intrants, de matières premières et de biens de capital Biens de capital Les biens de production permettent de produire d’autres biens. Parmi ceux-ci, on distingue les biens de capital, ou capital fixe, composé de biens durables qui ne s’usent que progressivement. importés, mais la population dans son ensemble qui consacre une bonne partie de son temps à chercher des biens nécessaires à sa survie. La Banque centrale du Venezuela (BCV) se retrouve sans réserves internationales Réserves internationales Les réserves de change sont des avoirs en devises étrangères et en or détenues par une banque centrale. disponibles, dans un contexte où les maigres revenus du pétrole n’arrivent plus à couvrir la lourde charge des obligations financières extérieures, contractées à l’époque du boom pétrolier : 45% des revenus des exportations annuelles y sont consacrés en moyenne ces quatre dernières années. Pour couvrir le déficit extérieur Déficit extérieur
déficit courant
Déficit extérieur ou déficit courant, la balance courante étant le solde des flux monétaires d’un pays résultant des échanges internationaux de biens et services, revenus et transferts courants.
, le gouvernement de Maduro a réduit les importations (dans tout le spectre des biens et services) de presque 76% au cours de la même période. Affrontant d’énormes difficultés pour répondre à la demande de devises, le mécanisme rigide de contrôle des changes, instauré en 2003, s’est effondré. Depuis septembre 2017, l’économie n’a plus de marché des changes légal ou officiel et se retrouve à la merci d’un marché parallèle illégal dont le taux a adopté un comportement explosif.

L’économie traverse aussi une crise budgétaire en raison de la lourde charge représentée par la dette extérieure accumulée, la chute des revenus pétroliers et la non moins importante baisse des revenus non pétroliers, qui ont été dévorés par l’inflation Inflation Hausse cumulative de l’ensemble des prix (par exemple, une hausse du prix du pétrole, entraînant à terme un réajustement des salaires à la hausse, puis la hausse d’autres prix, etc.). L’inflation implique une perte de valeur de l’argent puisqu’au fil du temps, il faut un montant supérieur pour se procurer une marchandise donné. . Le pays est entré dans une spirale hyper inflationniste qui, selon les données de l’indice des prix que publie l’Assemblée nationale, a fait croître les prix au dernier trimestre de 2017 à un taux moyen de 62% [Le FMI prévoit une inflation de 1 000 000 % cette année, NDLR]. L’accélération de l’inflation, qui remonte à la fin 2012, a annulé complètement les progrès transitoires et cycliques des programmes sociaux de la Révolution bolivarienne. En seulement deux ans, en 2015 et 2016, 10 millions de personnes sont tombées en dessous du seuil de pauvreté. Selon l’ENCOVI ENCOVI L’ Enquête sur les conditions de vie au Venezuela est réalisée annuellement par trois universités du pays (UCAB, UCV, USB) et comble en partie l’absence de statistiques du gouvernement. , près de 80% des foyers étaient sous ce seuil fin 2016. [1]

L’accélération de l’inflation a annulé complètement les progrès transitoires et cycliques des programmes sociaux. En seulement deux ans, en 2015 et 2016, 10 millions de personnes sont tombées en dessous du seuil de pauvreté.

Comment expliquer cette dynamique qui a transformé un pays perçu traditionnellement comme prospère en une société ravagée par une catastrophe qui montre des signes de crise humanitaire ? Il y a bien entendu des facteurs structurels qui conditionnent certaines économies et préparent le terrain à l’émergence d’une crise. Dans le cas vénézuélien, la dépendance persistante à une ressource naturelle exportable dont les revenus sont très volatiles, la tendance à accumuler des déficits budgétaires, le poids excessif de l’État dans l’économie, le faible dynamisme du secteur privé non pétrolier pour se projeter au niveau international, la forte dépendance des importations, la surévaluation chronique de la monnaie, la chute séculaire de la productivité sont autant de facteurs qui en se combinant accroissent la probabilité d’une crise. On peut aussi citer la chute brutale du prix du pétrole et des revenus d’origine pétrolière comme la cause expliquant la situation. Nombreux sont ceux qui ont avancé cet argument. Sans minimiser l’influence de ces facteurs dans le développement de la crise, le moment, la prolongation et la magnitude de ce qui s’est passé au Venezuela nécessite d’autres éléments d’explication. La plupart d’entre eux, mais pas tous, ont trait à la manière dont les gouvernements de Hugo Chávez et Nicolás Maduro ont affronté les défis économiques. Sur base d’une idéologie mais aussi d’une compréhension primaire du fonctionnement complexe et hétérogène d’une économie en développement, les gouvernements de ladite Révolution bolivarienne ont promu un modèle « distributionniste » dirigé par le pouvoir discrétionnaire de l’État et basé sur les ressources pétrolières. Ce même modèle a créé les conditions pour le développement et l’approfondissement de la crise. L’objectif modeste de cet article est de démontrer comment trois dimensions de la crise – l’isolement financier et la crise extérieure, la crise productive et la crise budgétaire – ont conduit l’économie vénézuélienne à un processus destructif d’hyperinflation Hyperinflation Le phénomène de l’hyperinflation correspond à une inflation excessivement élevée et incontrôlable. On parle réellement d’hyperinflation lorsque les prix augmentent de plus de 50% par mois. Les pays y étant confrontés sont généralement conduits à une crise monétaire et économique. .

La gestion des contraintes extérieures

Malgré les ressources considérables que l’économie du pays a engrangées dans le passé avec des prix élevés du pétrole, la gestion macroéconomique déficiente et une administration fragile de par sa dépendance des revenus pétroliers ont conduit l’économie vénézuélienne à un grave problème de pénurie de devises et à une situation telle qu’il lui est devenu impossible, avec l’actuel régime de change, de remplir simultanément ses obligations extérieures et d’importer ce qui est nécessaire pour maintenir la « normalité » économique. Cette situation s’est transformée en crise de la dette, avec ses traditionnels cycles d’euphorie et de déflation des prix des titres de la nation.

Encouragé par le boom pétrolier, le gouvernement de Chávez a profité de la grande disposition des marchés financiers internationaux à lui octroyer des crédits à l’époque prometteuse des prix élevés des commodities. En seulement six ans, entre 2006 et 2012, il a quadruplé la dette publique extérieure du pays [2]. Celle envers les banques de développement chinoises a fortement augmenté tout comme celle de l’entreprise publique pétrolière PDVSA PDVSA
Petróleos de Venezuela
Petróleos de Venezuela SA est la compagnie nationale publique de pétrole du Venezuela.
. Dans le cas des crédits octroyés par les banques chinoises, la moitié de l’endettement s’est fait à très court terme (trois ans) et implique l’envoi de pétrole en guise remboursement. A la fin 2012, la dette publique extérieure atteignait déjà les 113 milliards $ (voir encadré), avec des délais de remboursement à très court terme.

Le Venezuela a épuisé ses réserves internationales avant même de subir le choc des prix sur le marché pétrolier

Fin 2012, avant que le prix du pétrole ne commence sa baisse, l’économie vénézuélienne faisait déjà face à de sérieuses difficultés sur les marchés extérieurs. Presque toutes ses réserves de liquidités internationales étaient épuisées et il avait perdu son accès aux marché financiers [3]. Deux développements institutionnels importants permettent d’expliquer pourquoi le Venezuela a épuisé ses réserves internationales avant même de subir le choc des prix sur le marché pétrolier. Tous deux ont à voir avec la réforme de la loi qui régit la Banque centrale du Venezuela (BCV) [4], promue en juillet 2005 par Chávez. D’une part, cette réforme a permis au gouvernement de mettre la main sur un montant significatif des réserves internationales qui ont progressivement été transférées à un fonds pour les investissements du secteur public, le FONDEN. Entre 2005 et 2013, la BCV lui a transféré près de 53,5 milliards $. D’autre part, la réforme a supprimé la disposition selon laquelle PDVSA avait l’obligation de vendre ses devises d’origine pétrolière à la BCV au taux de change officiel. Ce qui a déplacé tout le pouvoir sur les devises tirées de la vente de pétrole vers PDVSA. Avec des entrées limitées en dollars et des sorties sans restrictions, le stock des réserves internationales liquides s’est épuisé.

Principaux indicateurs économiques du Venezuela 2011-2017

Depuis 2011 déjà, le service de la dette Service de la dette Somme des intérêts et de l’amortissement du capital emprunté. de la République et de PDVSA, additionné à la dette contractée auprès des banques de développement chinoises, dépassait les 15,5 milliards $ annuels et dévorait presque 20% des revenus des exportations. Vers 2015, il atteignait 55%. Ce niveau élevé de remboursement commença à aggraver le manque de devises et à mettre les finances extérieures et publiques du Venezuela en difficulté. Au lieu de commencer à promouvoir un processus de refinancement ou de restructuration des passifs extérieurs du secteur public, le gouvernement de Maduro opta pour une solution très coûteuse pour l’économie et la société vénézuélienne : diminuer les importations [5].

Au lieu de commencer à promouvoir un processus de refinancement ou de restructuration des passifs extérieurs du secteur public, le gouvernement de Maduro opta pour une solution très coûteuse pour l’économie et la société vénézuélienne : diminuer les importations

Il faut signaler que la consommation et les importations par habitant avaient fortement augmenté avec le boom pétrolier, au point de tripler entre 2004 et 2008. Cette croissance vertigineuse des importations de produits finis et semi-finis fut encouragée par une politique de change privilégiant l’ancrage nominal du taux de change officiel [6], ce qui semblait facile au moment du boom des revenus pétroliers. Au final, l’inflation n’a plus pu être contrôlée par l’ancrage monétaire qui a fini par produire une surévaluation du bolivar (Bs), qui a réduit la compétitivité de la production nationale. La spirale des importations fut toutefois relativement facile à contrecarrer pour le gouvernement de Maduro. En effet, depuis 2003, les assignations de devises pour des transactions commerciales et financières sont gérées par un rigide contrôle des changes.

La pénurie en image au comptoir d'un supermarché  // Source : Nueva Sociedad  //

La première grande réduction des importations a commencé fin 2012 et a continué en 2013. Cette année-là, les importations ont été réduites de 13% par rapport à 2012. En 2014, 2015, 2016, les coupes furent respectivement de 17%, 30% et 51%. On estime qu’une réduction additionnelle de 25% aurait été opérée en 2017. Ainsi, la valeur des importations est passée de 66 milliards $ en 2012 à seulement 12,3 milliards $ en 2017. Les effets macroéconomiques de cet ajustement brutal ont été dévastateurs.

La valeur des importations est passée de 66 milliards $ en 2012 à seulement 12,3 milliards $ en 2017. Les effets macroéconomiques de cet ajustement brutal ont été dévastateurs.

D’une part, sans intrants, matières premières, pièces et biens de capital, la production nationale s’est effondrée à des niveaux sans précédent dans la région. Déjà au cours des deux premiers trimestres de 2014, quand le prix du brut avoisinait encore les 100$ le baril, l’économie vénézuélienne montrait de signes de récession, avec la chute du PIB de respectivement 5,2% et 5,4%. Comme nous l’avons déjà signalé, entre 2014 et 2017, la chute cumulée du PIB est estimée à 39,5%, une baisse qui est même supérieure à celle enregistrée par le Nicaragua quand celui-ci était en guerre dans la seconde moitié des années 80. Induite au début par l’offre (à cause du goulot d’étranglement produit par l’absence d’intrants intermédiaires), la chute de la production est aussi le résultat d’un effondrement brutal de la consommation et du salaire réel, des variables qui ont été démolies par l’inflation.

D’autre part, la réduction des importations a créé une situation de pénurie de biens de consommation de première nécessité, en particulier les aliments, les médicaments et les fournitures médicales. Le taux de pénurie des aliments a atteint, selon la BCV, 29,5% en mars 2014. Depuis lors, elle a cessé de publier les chiffres officiels de la pénurie [7]. Enfin, et ce n’est pas moins important, du fait de la réduction croissante de l’assignation de devises par les canaux officiels, la demande et la pression sur le marché parallèle ont augmenté significativement, avec de graves effets sur le rythme de l’inflation. D’une variation interannuelle de 163% en 2016, le taux de change parallèle moyen est passé à une croissance de 1825% en 2017. A l’instar d’autres expériences de crises dans un contexte de contrôle du marché des changes, la cotisation du dollar sur le marché parallèle – un marché illégal mais en croissance évidente – est devenu le prix le plus important de l’économie et un indexeur de la plus grande partie des biens importés en tout ou partie.

La cotisation du dollar sur le marché parallèle est devenu le prix le plus important de l’économie et un indexeur de la plus grande partie des biens importés en tout ou partie

Le contrôle de l’économie productive

Déjà fort affectée par le manque de matières premières et de biens de capital importés et par une politique de change inadéquate, la capacité du secteur productif de l’économie vénézuélienne à offrir des biens et services a été affectée par l’asphyxie régulatrice et la propension confiscatoire des moyens de production associés au projet socialiste de la Révolution bolivarienne.

Dés son premier mandat (1999-2006), Hugo Chávez défia le secteur privé par des discours provocateurs, des actions arbitraires et des mesures sous la forme de décrets. Le capital national perçut rapidement le gouvernement en place non seulement comme insensible aux besoins du secteur productif national mais en plus comme promoteur d’un agenda de réformes très menaçantes contre la propriété, la sécurité juridique et la rentabilité attendue dans le privé. Un climat de méfiance s’installa permettant au conflit de s’approfondir. Décidé à imposer un agenda global de réformes, habilité spécialement pour cette tâche par le Parlement, Chávez réussit à imposer en novembre 2001 un paquet de 49 nouvelles lois et réformes qui touchaient transversalement des secteurs allant des hydrocarbures jusqu’aux impôts, en passant par une nouvelle loi régulant la vie des institutions financières et la propriété et l’usage de la terre. Toutefois, c’est après sa réélection de 2006 qu’il opéra le grand virage, quand il décida expressément et selon son idéal de « socialisme du XXIe siècle » d’intervenir de manière décisive sur la propriété et le contrôle du secteur productif national. Dans le dénommé « Plan de développement économique et social de la nation » pour la période 2007-2013, Chávez et son ministre de la Planification, Jorge Giordani Jorge Giordani Jorge « El Monje » Giordani a été ministre de la Planification à quatre reprises sous Hugo Chavez et puis sous Nicolas Maduro. Il a été destitué en 2014 et est devenu un critique de la gestion économique du successeur d’Hugo Chavez. , décidèrent de nationaliser tous les secteurs de l’économie nationale considérés comme stratégiques.

Les actions commencèrent à se matérialiser à partir de 2007, quand l’État prit le contrôle des secteurs de la télécommunication et de l’électricité, des grandes industries de base du fer, de l’acier et du ciment et des mines. Cette même année, les entreprises étrangères qui opéraient dans la ceinture pétrolifère de l’Orénoque, la plus grande réserve de brut du monde, furent contraintes d’accepter de nouveaux termes du contrat en matière de propriété et de contrôle sur les projets d’exploitation (pour poursuivre leurs activités en tant qu’associées minoritaires) et de nouveaux arrangements fiscaux imposés par l’État. Exxon-Mobil et Conoco-Phillips refusèrent de s’y plier et engagèrent une procédure d’arbitrage international devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI Centre international des différends relatifs aux investissements
CIRDI
Le Centre international des différends relatifs aux investissements (CIRDI) est une des cinq branches du groupe Banque mondiale. Il gère les conflits d’intérêts entre une entreprise transnationale et un Etat par exemple.
).

Entre 2007 et 2009, environ 23,377 milliards $ furent dépensés pour payer les expropriations et les nationalisations. Le boom pétrolier permit depuis un progrès sans limite du contrôle de l’État sur l’activité productive. Les nationalisations et expropriations se poursuivirent dans les complexes hôteliers, le secteur bancaire, des usines à verre et de fertilisants, des compagnies de lubrifiants pour l’automobile, des fabriques d’emballage en aluminium, en carton et d’articles de quincaillerie, des filières alimentaires complètes et même des supermarchés. Sur un total de 1 167 entreprises expropriées, 256 opéraient dans le secteur alimentaire. En outre, en faisant valoir la sécurité et la souveraineté alimentaires, près de 3 millions d’hectares de terres cultivables furent expropriés depuis 2007. Une bonne partie de ces terres fut distribuée à de petites associations communales disposées à soumettre leurs activités aux besoins de production d’articles alimentaires déterminés par les plans de sécurité agroalimentaire du gouvernement.

La frénétique prise de contrôle d’entreprises et d’exploitations privées ont non seulement endetté l’État, mais la majorité de ces nouvelles aventures entrepreneuriales à charge de l’État ont lamentablement échoué.

La frénétique prise de contrôle d’entreprises et d’exploitations privées ont non seulement endetté l’État, mais il n’y a pas eu en plus de retour sur investissement en matière de production. La majorité de ces nouvelles aventures entrepreneuriales à charge de l’État ont lamentablement échoué. Les industries sidérurgiques, cimentières et minières sont aujourd’hui pratiquement paralysées. Celles de services en matière d’électricité et de télécommunication sont délabrées à cause du manque d’investissements et de l’énorme retard dans l’ajustement de leurs tarifs. Dans le secteur alimentaire, de nombreuses entreprises agroindustrielles étatisées sont aujourd’hui fermées et certaines autres, comme les centrales sucrières, travaillent au minimum de leurs capacités. Commentant la crise agroalimentaire dont souffre le Venezuela, Alejandro Gutiérrez signale que « les mauvais résultats en matière de production agricole s’expliquent par la faible rentabilité, la pénurie d’intrants à des prix subsidiés ou régulés, le faible taux d’investissement dû à l’incertitude, les contrôles, l’insécurité juridique et personnelle et le faible respect du droit de la propriété privée ». [8]

Loi des coûts et prix justes  // © AVN  //

Ces actions concrètes sur la propriété et le contrôle de centaines d’entreprises et de terres à vocation agricole ont depuis lors eu des impacts significatifs sur les décisions d’investir du secteur privé. Mais la paralysie est devenue reine avec la croissance des contrôles sur l’économie privée. En janvier 2014, un décret exécutif qui a valeur de loi organique a créé la Loi des justes prix et la Superintendance nationale pour la défense des droits socioéconomiques (SUNDDE). Avec ces instruments, le gouvernement de Maduro prétendait combattre la spirale inflationniste et la pénurie de produits, qui était déjà alors persistante. Le gouvernement n’a pas seulement accru les contrôles sur les prix qui existaient déjà depuis le premier mandat de Hugo Chávez mais imposa une limite maximum de profit à toutes les chaînes de commercialisation. Il imposa également des contrôles plus stricts sur la production, le stock et la distribution chez les grossistes, en particulier pour les biens « sensibles ». Ces contrôles n’ont pas réussi à stopper l’inflation, mais ont par contre bien aggravé la pénurie et augmenté les coûts, ce qui a affecté sérieusement la rentabilité des entreprises. A dire vrai, le système de contrôles, établi dans la Loi des justes prix, n’a pas seulement coulé des entreprises et réduit la production de celles ayant survécu mais a renforcé la situation de pénurie et le développement de marchés noirs et de la contrebande. La disparition d’entreprises a brisé les chaînes productives. Avec la forte distorsion des prix, étrangers à la structure des coûts, les marchés et les prix ont perdu leur capacité à fournir de l’information et à assigner des ressources et des investissements.

En guise de bilan, après quatre années de profonde récession, la perte du potentiel productif du Venezuela ne s’explique pas seulement par la réduction des devises et la perte de compétitivité dû à une politique de change aveugle et de surévaluation de la monnaie. Une politique explicite de contrôle des moyens de production au travers des nationalisations et expropriations a créé des goulots d’étranglement et a brisé des maillons de nombreuses chaînes de production, alors que les politiques de contrôle des prix, des marges, de la production, de la distribution et des stocks ont favorisé la pénurie et le désinvestissement.

Le « nouveau » cadre budgétaire et monétaire

Dans la volumineuse littérature qui tente de percer les raisons expliquant la pauvre performance des économies pétrolières et minières, il y a un consensus croissant sur l’idée qu’un cadre institutionnel de faible qualité est un élément déterminant pour que la « malédiction » des ressources devienne réalité. De par leur dépendance d’une rente d’origine extérieure, les gouvernements ont moins besoin de collecter des impôts, ce qui les rend moins responsables et peu efficaces dans l’administration des revenus. D’un autre côté, le moindre besoin de collecter des impôts les fait dépendre de sources de financement non conventionnelles quand les revenus pétroliers chutent à cause de la volatilité des prix.

PDVSA / Petróleos de Venezuela  // CC 2008 Nicholas Hall (wikimedia)  //

Un aspect singulier du nouveau cadre institutionnel fiscal et monétaire qui s’est construit au Venezuela dans le feu de la Révolution bolivarienne est la stratégie préméditée de contrôle de PDVSA et des revenus pétroliers qui ont doté Chávez et son projet politique d’un levier et de ressources pour gagner en légitimité. Chávez a tenté de prendre le contrôle de l’industrie des hydrocarbures de différentes manières : en nommant un président proche de son projet politique à la tête de PDVSA et en plaçant des fidèles au sein du conseil d’administration de l’entreprise. Il a finalement compris qu’il avait affaire à une structure et à une culture bureaucratique aux valeurs distinctes de son projet politique et a résolument aggravé le conflit entre l’exécutif et PDVSA. Après son triomphe, il s’est débarrassé de la structure des managers et techniciens qui faisaient obstacle à son projet.

Le contrôle de PDVSA et de l’industrie des hydrocarbures moyennant un nouvel ensemble de lois a permis à Chávez de transformer l’entreprise en une agence de développement de nature parafiscal

Le contrôle de facto de PDVSA et de l’industrie des hydrocarbures moyennant un nouvel ensemble de lois a permis à Chávez de transformer l’entreprise en une agence de développement de nature parafiscal. Avec PDVSA sous sa direction, l’exécutif a géré durant les années de boom pétrolier deux grands budgets publics : le formel qui était présenté annuellement à l’Assemblée nationale et le parafiscal de PDVSA, sur lequel le président exerçait un pouvoir discrétionnaire. L’exécutif a développé ainsi un ensemble de pratiques et de mécanismes pour rediriger une bonne partie de la rente pétrolière hors des contrôles budgétaires et fiscaux habituels de l’État [9] : entre autres la sous-estimation systématique chaque année des revenus pétroliers dans le budget de la nation. Un autre important mécanisme a trait à la création du Fonds national de développement (FONDEN), alimenté en partie par les revenus pétroliers. C’est de cette manière que les revenus « déviés » furent utilisés discrétionnairement par l’exécutif au travers de l’entreprise publique PDVSA, pour financer des programmes sociaux ou d’investissements publics. Dans un autre article, nous avions estimé qu’entre 2003 et 2011, près de 124 milliards $ de la rente pétrolière avaient ainsi été déviés vers ces programmes. [10] Cela représente en moyenne près de 5,8% du PIB annuel.

A mesure que l’inflation a commencé à s’accélérer et que les dettes de PDVSA se sont accumulées, un grave problème financier est devenu perceptible dans l’entreprise pétrolière et les comptes budgétaires. Dans un contexte d’inflation, la politique d’ancrage nominal du taux de change porte préjudice aux revenus en Bs de PDVSA, qui tendent à stagner alors que ses coûts suivent le cours de l’inflation. Le déficit de trésorerie de PDVSA s’est accru ainsi avec des coûts hors de contrôle et des revenus stagnants. L’accumulation de dettes commerciales et financières de l’entreprise et les remboursements imminents qui y sont associés a compliqué davantage la situation déficitaire de l’entreprise.

Avec une rente pétrolière réduite, des revenus de l’impôt insuffisants et sans accès au financement international, le secteur public n’a pas trouvé d’autre moyen de financement que l’émission explosive d’argent

Banque centrale du Venezuela  // Source : Talcual  //

Une réforme partielle de la Loi de la Banque centrale adoptée en 2009 a fini par aggraver dangereusement le problème en autorisant alors et pour la première fois le financement direct et sans limites des entreprises et institutions publiques, dont PDVSA. Le financement monétaire, encore à petit échelle, a commencé en 2010. Mais les pressions sur l’autorité monétaire [la BCV] se sont accrues au point qu’à la fin 2013, la créance de l’entreprise pétrolière publique vis à vis de la BCV s’élevait à 411 milliards Bs (ce qui correspondait à l’époque au taux de change officiel à 65,2 milliards $). Au cours du dernier trimestre 2014, les cours du pétrole commencèrent à baisser avec un impact sensible sur l’apport d’origine pétrolière au budget du gouvernement. L’inflation trouva parallèlement son combustible, la récession s’approfondit et l’érosion des rentrées fiscales devint manifeste. Avec une rente pétrolière réduite, des revenus de l’impôt insuffisants et sans accès au financement international, le secteur public n’a pas trouvé d’autre moyen de financement que l’émission explosive d’argent [la planche à billet]. C’est ainsi que le faible cadre institutionnel en matière monétaire et fiscal semble avoir facilité les choses pour que le chavisme Chavisme Le terme « chavisme »est utilisé pour décrire le(s) courant(s) politiques revendiquant l’héritage de Hugo Chavez, décédé en 2013. / madurisme arrivent à poursuivre, en faisant plus de mal que de bien, sa politique de dépenses clientélistes. Toutefois, le prix payé par la société vénézuélienne en termes d’inflation et de chute des revenus réels ont été largement supérieurs aux bénéfices de ces politiques.

La faillite et l’hyperinflation

Au cours du dernier trimestre de 2017, le Venezuela est entré de plein pied dans l’hyperinflation. On en comprend mieux maintenant les raisons. Étranglée par les engagements extérieurs, avec des prix et des revenus du pétrole ne réussissant pas à couvrir les besoins de l’économie nationale, sans réserves de devises et isolée financièrement des marchés financiers, l’économie vénézuélienne se retrouve avec un régime de change en chute libre et enchaînée à la dynamique du seul marché fonctionnel qui sert pour importer : un marché parallèle illégal. Le rythme explosif de la cotisation du dollar sur ce marché a été une terrible mésaventure qui a réussi à saper la confiance et à pulvériser la valeur de la monnaie nationale.

Sur un autre plan, l’économie réelle se retrouve sans aucun moteur qui pourrait la faire sortir de sa léthargie. Le rationnement des devises est un frein évident pour le secteur productif. Il en va de même pour la politique de change. Le secteur public se retrouve sans ressources pour promouvoir une relance et, dans le privé, la destruction économique et les contrôles sont tels qu’il n’y pas moyen de stimuler les investissements. Ainsi, avec de tels handicaps du côté de la production, toute augmentation de la demande finit par accroître la pression inflationniste. Au final, plusieurs éléments se sont conjugués sur les finances publiques : d’un côté, un contexte macroéconomique adverse qui a affecté sensiblement la capacité de recouvrement du fisc et, de l’autre, les lourdes charges financières de la dette publique et des niveaux de dépenses servant à financer une administration publique dont la taille a doublé au cours de la Révolution bolivarienne. La solution trouvée pour affronter ce déséquilibre se base sur la faiblesse du cadre institutionnel qu’a imposé la Révolution bolivarienne sur le plan fiscal et monétaire : le résultat est une politique monétaire à la merci des besoins en ressources du secteur public.

Note de la rédaction : cette analyse publiée en mars 2018 par la revue Nueva Sociedad garde toute son actualité pour expliquer le désastre vénézuélien. Toutefois, si vous désirez connaître l’opinion de l’auteur sur les mesures économiques proposées mi août par le gouvernement vénézuélien, nous vous invitons à lire en espagnol son dernier article sur Prodavinci « El plan Maduro : un paquetazo y una farsa ».

partagez

Leonardo V. Vera

Leonardo V. Vera

Professeur d’économie à la faculté des sciences économiques et sociales de l’Université centrale du Venezuela, Caracas.

[1Fundación Bengoa : « Encuesta sobre condiciones de vida Venezuela 2016 », 2016, disponible sur www.fundacionbengoa.org/noticias/20....

[2Miguel Ángel Santos : « Venezuela : Running on Empty » in LasaForum vol. xlviii No 1, 2017.

[3Les réserves liquides ou opérationnelles de la Banque centrale qui ont atteint une moyenne de 15 milliards $ entre 2005 et 2011 ont baissé pour atteindre une moyenne de seulement 4,5 milliards $ en 2012.

[4Pour en approfondir, lire L. Vera : « Venezuela 1999-2014 : Macro-Policy, Oil Governance and Economic Performance » en Comparative Economic Studies vol. 57 No 3, 2015.

[5Le gouvernement de Maduro a tenté par différents moyens mais sans véritable succès d’améliorer la situation par des manœuvres d’ingénierie financière : il a par exemple réalisé un swap avec ses réserves en or pour 1,5 milliards $ ou a hypothéqué des actifs de CITGO, la filiale de PDVSA aux Etats-Unis, pour 2,5 milliards $.

[6[NDLR] Un ancrage monétaire (en anglais « peg ») consiste, pour une Banque centrale, à instaurer un lien fixe entre la monnaie nationale et une devise étrangère ou un panier de devises étrangères, avec une possibilité de fluctuations très limitée par rapport à un cours central. La fixité des taux de change cherche généralement à recrédibiliser une monnaie nationale auprès des investisseurs, à limiter l’inflation et à tempérer les taux d’intérêt.
Source : http://financedemarche.fr

[7La Encuesta Nacional de Hospitales 2017, un estudio presentado por cuarto año consecutivo por Médicos por la Salud, revelaba en marzo de 2017 un desabastecimiento de material médico quirúrgico de 75% y una falla general de medicamentos que alcanza a 78% en el seno de los centros públicos.

[8A. Gutiérrez : « Venezuela y su crisis agroalimentaria », Documento de Trabajo No 1, Centro de Investigaciones Agroalimentarias Edgar Abreu Olivo, Universidad de los Andes, 2016, p. 8.

[9Pedro L. Rodríguez, José R. Morales y Francisco J. Monaldi : « Direct Distribution of Oil Revenues in Venezuela : A Viable Alternative ? », Working Paper No 306, Center for Global Development, 2012.

[10L. Vera : « La tributación en Venezuela : desafíos con sentido de equidad », Documento de Análisis No 2/2017, Fundación Friedrich Ebert (fes), Bogotá, 11/2017.

[11Fundación Bengoa : « Encuesta sobre condiciones de vida Venezuela 2016 », 2016, disponible sur www.fundacionbengoa.org/noticias/20....

[12Miguel Ángel Santos : « Venezuela : Running on Empty » in LasaForum vol. xlviii No 1, 2017.

[13Les réserves liquides ou opérationnelles de la Banque centrale qui ont atteint une moyenne de 15 milliards $ entre 2005 et 2011 ont baissé pour atteindre une moyenne de seulement 4,5 milliards $ en 2012.

[14Pour en approfondir, lire L. Vera : « Venezuela 1999-2014 : Macro-Policy, Oil Governance and Economic Performance » en Comparative Economic Studies vol. 57 No 3, 2015.

[15Le gouvernement de Maduro a tenté par différents moyens mais sans véritable succès d’améliorer la situation par des manœuvres d’ingénierie financière : il a par exemple réalisé un swap avec ses réserves en or pour 1,5 milliards $ ou a hypothéqué des actifs de CITGO, la filiale de PDVSA aux Etats-Unis, pour 2,5 milliards $.

[16[NDLR] Un ancrage monétaire (en anglais « peg ») consiste, pour une Banque centrale, à instaurer un lien fixe entre la monnaie nationale et une devise étrangère ou un panier de devises étrangères, avec une possibilité de fluctuations très limitée par rapport à un cours central. La fixité des taux de change cherche généralement à recrédibiliser une monnaie nationale auprès des investisseurs, à limiter l’inflation et à tempérer les taux d’intérêt.
Source : http://financedemarche.fr

[17La Encuesta Nacional de Hospitales 2017, un estudio presentado por cuarto año consecutivo por Médicos por la Salud, revelaba en marzo de 2017 un desabastecimiento de material médico quirúrgico de 75% y una falla general de medicamentos que alcanza a 78% en el seno de los centros públicos.

[18A. Gutiérrez : « Venezuela y su crisis agroalimentaria », Documento de Trabajo No 1, Centro de Investigaciones Agroalimentarias Edgar Abreu Olivo, Universidad de los Andes, 2016, p. 8.

[19Pedro L. Rodríguez, José R. Morales y Francisco J. Monaldi : « Direct Distribution of Oil Revenues in Venezuela : A Viable Alternative ? », Working Paper No 306, Center for Global Development, 2012.

[20L. Vera : « La tributación en Venezuela : desafíos con sentido de equidad », Documento de Análisis No 2/2017, Fundación Friedrich Ebert (fes), Bogotá, 11/2017.

Tags
Traduction
  • F.L. pour Barril.info

Source

Lire aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

2018 © Tous droits réservés.