×

Electricidad de Caracas (EDC)

Electricidad de Caracas (EDC)

Fondée en 1895 par Ricardo Zuloaga Tovar, Electricidad de Caracas était une entreprise privée vénézuélienne chargée d’approvisionner Caracas et ses environs en électricité. Elle gérait notamment les centrales thermoélectriques Tacoa et Arrecifes et a intégré le système électrique interconnecté du pays à la fin des années 60.
Dans les années 80, elle cesse d’être une affaire familiale pour se développer, notamment à l’étranger.
En 2000, elle est rachetée par AES Corporation au travers d’une OPA.
En février 2007, le président Chávez annonce la nationalisation du secteur de l’électricité. Un accord est trouvé entre l’entreprise et le gouvernement : c’est PDVSA PDVSA
Petróleos de Venezuela
Petróleos de Venezuela SA est la compagnie nationale publique de pétrole du Venezuela.
, la compagnie pétrolière nationale, qui rachète des actions de EDC pour la somme de 739,26 millions de dollars. La nationalisation est finalisée en juin 2007. « C. A. La Electricidad de Caracas » passe sous la houlette du holding public récemment créé CORPOELEC Corpoelec Corpoelec (Corporación Eléctrica Nacional, S.A.) est le holding public d’électricité vénézuélien. En 2007, dans le cadre d’une vague d’étatisations de secteurs stratégiques, le gouvernement de Hugo Chávez fonde CORPOELEC. Auparavant, le service était décentralisé et assuré par des entreprises régionales, privées et publiques, comme les historiques Electricidad de Caracas (EDC), ENELVEN (Zulia) ou Electrificación del Caroní C.A. (Edelca). Le gouvernement a racheté et fusionné dix d’entreprises publiques et six entreprises privées pour les mettre sous la coupe du nouveau holding public.

De nombreux experts ont critiqué la démarche de créer une super structure bureaucratique en mettant toutes les entreprises dans le même sac sans étude économique et faisant d’elle une entreprise financièrement non viable.
.

Inscrivez-vous à la Newsletter

2019 © Tous droits réservés.