×

L’instrumentalisation de l’aide humanitaire au Venezuela : la fin ne justifie pas les moyens

Le crise sociale et humanitaire vénézuélienne est une réalité. Tout en la minimisant, le gouvernement l’exploite largement pour s’assurer la loyauté d’une population dépendante de son aide alimentaire et de ses allocations. Dans l’autre camp aussi, on ne s’embarrasse pas trop de principes, tel que celui de la neutralité qui doit conduire l’action humanitaire. Sa volonté de faire entrer depuis la Colombie nourriture et médicaments le 23 février prochain pour défier le gouvernement de Nicolas Maduro et tester la loyauté des forces armées constitue une instrumentalisation de plus grossières de l’action humanitaire que dénoncent des professionnels du secteur.
La rédaction

Les principes humanitaires énoncés dans les statuts du Mouvement international de la Croix-Rouge et à la Conférence internationale de Vienne en 1965 ont toujours fait l’objet de controverses, de manipulations et d’interprétations, généralement pour ceux qui, selon leur propre agenda politique, y trouvent un obstacle moral et éthique. Le Venezuela n’échappe pas à cette situation.

Dans l’après-Guerre froide, l’utilisation de l’aide humanitaire comme alternative à la politique est devenue une pratique courante, étant donné l’impossibilité de parvenir à des accords au Conseil de sécurité de l’ONU ou les risques liés aux interventions militaires. En outre, les médias et la société civile ont toujours été plus sensibles et moins critiques à l’égard de cette modalité d’action : existe-t-il un droit d’ingérence au travers de l’action humanitaire dans le cas du Venezuela, ou le principe de la souveraineté est-il violé ? Il est clair que le droit international humanitaire n’est pas applicable aujourd’hui au Venezuela en l’absence d’un conflit armé non international (interne) ou international, mais cela ne dispense pas les États dans leur ensemble de respecter les principes humanitaires les plus élémentaires.

En ce sens, il est évident que la proposition d’établir des couloirs humanitaires entre la Colombie et le Venezuela place les forces armées vénézuéliennes face au dilemme d’empêcher ou d’accepter l’arrivée de nourriture et de médicaments dans le pays. Il s’agit d’une instrumentalisation flagrante de l’action humanitaire qui est utilisée comme un mécanisme de pression politique pour résoudre le problème de fond au Venezuela.

Si l’on peut admettre que l’aide offerte vise, en théorie, à soutenir le peuple vénézuélien selon les principes d’humanité et d’impartialité, le respect d’un autre principe central, la neutralité, définie comme l’absence de position vis-à-vis des différentes parties, est plus douteux. La proposition des États-Unis, de la Colombie et du Brésil, sous les auspices du Groupe de Lima Groupe de Lima Groupe fondé en août 2017, pour faire un suivi et trouver une sortie à la crise vénézuélienne. En font partie l’Argentine, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, le Panama, le Paraguay, le Pérou, le Guyana et Sainte-Lucie. , de promouvoir une caravane humanitaire au Venezuela constitue une violation flagrante du principe humanitaire de neutralité.

L’action humanitaire est présente au Venezuela depuis des années, malgré les difficultés imposées par le gouvernement de Maduro et la non-reconnaissance d’une crise humanitaire dans le pays. Les donateurs ont collaboré avec les organisations internationales, le Mouvement international de la Croix-Rouge, les ONG internationales et la société civile vénézuélienne pour répondre aux besoins créés par l’effondrement social et économique du pays. Ces actions se développent discrètement, sur base d’accords pour leur mise en œuvre et sans mettre la vie des gens en danger.

Les « canaux humanitaires » sont donc déjà ouverts et de nombreuses organisations travaillent déjà au Venezuela. Certaines entités vénézuéliennes comme Acción Solidaria ont créé tout un système d’envoi de médicaments à domicile, qui a permis à de nombreux malades chroniques de survivre. Le Mouvement international de la Croix-Rouge ou les Nations Unies, entre autres , mettent en œuvre des actions humanitaires dans le pays depuis des mois. Il est vrai qu’elles sont insuffisantes et qu’une réponse humanitaire plus forte et plus large est nécessaire dans le pays, mais elle ne peut être fondée sur les intérêts politiques de groupes de pouvoir, qu’il s’agisse des partisans de Maduro ou ceux de Guaidó, ni sur une conjoncture régionale toujours plus polarisé. La fin ne justifie pas les moyens.

Mais la politique n’est pas le seul facteur déterminant. L’acheminement de l’aide humanitaire proposé est une illusion d’un point de vue opérationnel. Même en supposant qu’une partie des forces armées donne carte blanche à l’entrée de cette aide dans le pays , il est difficile de voir comment, où et selon quels critères cette aide serait acheminée.

De plus, cette initiative humanitaire met dans une situation difficile ceux qui, pendant des années, en silence et avec peu de moyens, font tout leur possible pour venir en aide aux plus nécessiteux. C’est mettre l’aide humanitaire d’un côté du conflit et l’identifier à un de ses acteurs, ce qui impliquera d’office la stigmatisation de ceux qui dénoncent la situation alimentaire et sanitaire critique dans le pays tout en aidant à y faire face. Bref, l’aide humanitaire devient un autre terrain de polarisation. de fait, depuis le début de la crise, le terme humanitaire a été stigmatisé par le régime comme un instrument d’ingérence étrangère.

L’exode vénézuélien représente un problème de sécurité et un coût social élevé pour les gouvernements de la région ainsi que pour l’Espagne. Toutefois, pour apporter une réponse efficace et stabiliser le Venezuela, il est peu judicieux d’utiliser l’action humanitaire comme terrain de jeu ou champ de bataille politique. C’est un artifice, peu viable d’un point de vue opérationnel dans le contexte actuel et qui ne fait qu’entraver encore plus la recherche d’une solution de fond et le travail humanitaire en cours de développement.

Information complémentaire de la rédaction : le « président auto-proclamé » Juan Guaidó a appelé la population à se porter volontaire pour distribuer l’aide humanitaire en s’inscrivant en ligne https://www.voluntariosxvenezuela.com. La date du 23 février a été fixée pour l’entrée de cette aide au Venezuela depuis Cucuta en Colombie.

partagez

Rafael de Prado Pérez

Rafael de Prado Pérez

Rafael de Prado Pérez a été chef du Bureau de l'action humanitaire de l'Agence espagnole de coopération internationale, fonctionnaire international du HCR et a travaillé pour Action contre la faim.

Sergio Ferrero Febrel

Sergio Ferrero Febrel

Sergio Ferrero Febrel a travaillé comme fonctionnaire international des Nations Unies en tant que Chef du Programme d'urgence et de catastrophe de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en Colombie et comme Délégué de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en Colombie.

Lire aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

2019 © Tous droits réservés.