×

La délinquance aura-t-elle la peau de la Révolution bolivarienne ?

Alors que ces dix dernières années la pauvreté a diminué d’un tiers au Venezuela, la courbe de la violence y a suivi une trajectoire inverse. Sur la même période, le nombre d’homicides est passé de près de 6 000 à plus de 13 000 par an. Balbutiant sur le sujet durant une bonne partie de sa gestion, le gouvernement d’Hugo Chávez semble désormais décidé à prendre le problème à bras-le-corps. Car la simple amélioration des conditions sociales ne suffit apparemment pas à faire chuter le crime.

Sébastien Brulez

26 mai 2009

Pastor est chauffeur de taxi à Caracas. Il travaille la nuit pour éviter les embouteillages à l’entrée et à la sortie de la capitale. « Comme je vis un peu en dehors, je devrais me lever tous les jours à 4 h du matin pour pouvoir arriver à une heure décente dans le centre », commente-t-il. Mais la nuit le travail est plus risqué, alors il fonctionne presque exclusivement avec des clients connus : « Ils me passent un coup de fil et je vais les chercher là où ils sont. C’est plus sûr pour moi et aussi pour eux, on ne sait jamais sur qui on peut tomber ».

Malgré sa prudence, Pastor a été victime d’un braquage il y a quelques mois, en conduisant un client dans un barrio (quartier défavorisé). « Deux motards nous ont braqué avec leur arme. Je n’ai pas résisté, j’ai préféré qu’ils partent avec la voiture et sortir de là vivant ». L’incident en restera là et Pastor retrouvera même son véhicule quelques jours plus tard. Mais les histoires de vols à main armée ne se terminent pas toujours aussi bien. Entre 1999 et 2008, près de 22 000 personnes sont tombées sous les balles de la délinquance, rien qu’à Caracas (2 millions d’habitants). Au niveau national, un document du Corps d’investigations scientifiques, pénales et criminelles (CICPC), divulgué récemment dans la presse, avance le chiffre de 101 141 homicides en dix ans (pour 28 millions d’habitants).

Selon le rapport 2007 des Nations Unies sur l’état des villes dans le monde, l’augmentation de la violence est un phénomène global et est surtout notoire dans les pays en voie de développement qui connaissent une forte croissance urbaine. Avec une population concentrée à 93% dans les villes, le Venezuela dépasse largement la moyenne régionale qui tourne autour de 79%. A titre d’exemple, au Brésil, depuis les années 1970, le taux d’homicides a triplé à Rio de Janeiro et quadruplé à São Paulo. A Caracas, en vingt ans il s’est pratiquement multiplié par dix.

L’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) signale qu’entre 1980 et 2002, le taux d’homicides au Brésil est passé de 11,4 à 28,4 pour 100 000 habitants. Le Venezuela a, lui, effectué un bon de 19,4 à 50,9 entre 1998 et 2003. A contario, le Salvador et la Colombie, jusqu’ici les plus violents du continent, ont amorcé une baisse de cette morbidité (respectivement de 62,5 à 54,9 et de 64 à 38).

Gauche sans solutions ?

Alors qu’Hugo Chávez entame sa onzième année à la tête du gouvernement, l’opposition n’hésite pas à faire le parallèle entre l’augmentation de la violence et la gestion du président. « Dites ’non’ à l’insécurité, votez ’non’ ! », était l’un des slogans utilisés pendant la campagne du référendum constitutionnel remporté en février dernier par le camp bolivarien. Mais si les résultats des derniers scrutins montrent toujours un soutien majoritaire au gouvernement, les élections régionales de novembre 2008 ont laissé apparaître un certain mécontentement dans les zones les plus peuplées. Sur les sept Etats perdus lors de ce scrutin, quatre figurent parmi les plus violents du pays (le district de Caracas et les Etats de Carabobo, Zulia et Miranda). Et d’après le dernier sondage de l’Institut vénézuélien d’analyse de données (IVAD), l’insécurité constitue la première préoccupation pour sept Vénézuéliens sur dix.

Selon le criminologue Andrés Antillano, la délinquance pose un réel problème aux gouvernements progressistes d’Amérique latine : « Il n’y a pas de discours de gauche consistant sur le sujet. L’agenda de l’insécurité est un agenda colonisé par la droite, dans la plupart des pays ». Professeur à l’Institut des sciences pénales de l’Université centrale du Venezuela (UCV), M. Antillano considère que les progressistes se limitent à concevoir le problème sous forme de mythes. « Le premier est le mythe de la négation : il n’y a pas d’insécurité, c’est une invention des médias, c’est une façon de criminaliser le peuple, etc. Cela a été la position de ce gouvernement durant une certaine époque. »

Pauvres et victimes

Un autre mythe est celui qu’il qualifie de « fonctionnalisme de gauche » et qui revient à penser que « simplement » en améliorant les conditions de vie et l’inclusion sociale, on peut faire baisser les chiffres de l’insécurité. « La réalité du Venezuela démontre que cela n’est pas vrai, qu’il n’y a pas de relation mécanique. Il y a en plus un effet paradoxal, car non seulement les politiques d’inclusion sociale n’entraînent pas une diminution de l’insécurité, mais en plus l’insécurité elle-même augmente l’exclusion sociale », commente-t-il.

Au Venezuela, le taux de chômage est passé de 10,3% en 1995 à 7,4% en 2008. La pauvreté est quant à elle passée de 49,4% de la population en 1999, à 28,5% en 2007. Mais le segment de la population le plus touché par la violence demeure le secteur le plus marginalisé par rapport au reste de la société. Dans son rapport de l’année 2008, l’ONG locale PROVEA Provea Programa Venezolano de Educación-Acción en Derechos Humanos (Provea), principale organisation vénézuélienne de défense des droits humains, créée en 1988. définit la victime-type de cette façon : « Des hommes jeunes, habitants de localités socioéconomiquement déprimées des grands centres urbains du pays ».

Policiers délinquants

Mais si le nombre d’homicides a effectivement augmenté ces dix dernières années, l’insécurité apparaît cependant comme un problème structurel puisant aussi ses racines dans les politiques publiques des décennies passées. En particulier au niveau des forces de l’ordre régulièrement accusées d’inefficacité voire de complicité.

Dans les barrios, les policiers ne sont pas vraiment perçus comme la solution au problème, mais plutôt comme des auteurs potentiels de graves délits, tels qu’enlèvements, extorsions, vols ou trafics de drogue. « Les flics ici revendent la drogue qu’ils confisquent aux trafiquants, ou leur font payer une vacuna (rançon) pour fermer les yeux. Certains agents vont même jusqu’à louer leur arme aux délinquants », témoigne Francisco, habitant du quartier populaire de La Vega, à Caracas.

Selon le ministre de l’Intérieur et Justice, Tareck El Aissami, 20% des délits commis dans le pays sont perpétrés par ces mêmes fonctionnaires. Il faut dire que la multiplicité des corps de police ne facilite pas la tâche ni le contrôle sur les effectifs. Au Venezuela il existe 25 polices départementales et 67 municipales. A cela viennent s’ajouter le CICPC, les autorités de transport et circulation (qui ne portent pas d’arme), ainsi que la Garde nationale et les Forces armées. Et il aura fallu attendre 2001 pour que soit approuvé le décret de « coordination de sécurité citoyenne », qui a pour tâche de relier entre eux les différents organismes de maintien de l’ordre.

Un second pas, en avril 2006, a été la création d’une Commission nationale de réforme policière (Conarepol). Qui a fait le même constat qu’une précédente commission en 1991 : le Venezuela paie « l’inexistence d’une politique nationale en matière de police, la carence de mécanismes de coordination policière, la superposition de fonctions entre les différents corps de sécurité », etc.

Arsenal législatif

Le 18 mars dernier, le gouvernement a annoncé l’activation de « sept fronts contre la violence », avec la création d’un Conseil national de prévention et sécurité citoyenne, intégré par plusieurs ministères. Figurent aussi au menu la création d’un Système intégré de polices et le lancement d’une Université expérimentale de la sécurité, visant à améliorer le niveau de formation des fonctionnaires. A plus long terme, l’ambition est de réformer les polices départementales et municipales. Un sujet délicat dans ce pays si polarisé, où l’opposition s’accroche à quelques bastions locaux .

Plusieurs lois sont également en cours d’élaboration à l’Assemblée nationale. C’est le cas de l’amélioration du statut social et professionnel du policier et du durcissement des peines pour port d’armes.

« Pas besoin d’arme »

Toutes ces mesures se cantonnent pour l’instant à un cadre strictement législatif. Mais bien souvent, dans les quartiers, c’est le travail quotidien qui paie. Parce que, comme le fait remarquer Francisco, à La Vega comme ailleurs « il n’y pas vraiment de dynamique qui t’amène à autre chose » qu’à entrer dans une bande ou à porter un « flingue » pour obtenir la reconnaissance des autres.

Alors, avec quelques copains, il a choisi un autre combat, celui de sortir les plus jeunes de l’engrenage en les initiant à la culture contemporaine mais aussi à celle de leurs ancêtres. Ensemble ils ont créé une radio communautaire et une coopérative audiovisuelle grâce à laquelle ils forment les adolescents à l’initiation aux médias. Ils combinent cela avec la musique originaire des percussions, et le seul bruit qui résonne ici est celui des tambours. « Dans le quartier tout le monde nous respecte pour ce qu’on fait, même les délinquants, parce qu’ils savent que nous travaillons pour la culture, nous ne les considérons pas comme des ennemis et eux non plus. Ils ont aussi des enfants et quand ils voient qu’on travaille avec leurs gosses pour les sortir du cercle, ils nous sont reconnaissants. On n’a pas besoin de porter une arme pour se faire respecter ».

partagez

Sébastien Brulez

Sébastien Brulez

Journaliste

Tags
Sources
Bibliographie

- « Enhancing Urban Safety and Security - Global Report on Human Settlements 2007 », UN-Habitat, disponible sur www.unhabitat.org.

- Annuaire statistique 2008 de la CEPAL (Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes, organisme des Nations Unies), disponible sur www.cepal.org.

- « Situación de los derechos humanos en Venezuela - Informe anual 2008 », PROVEA, disponible sur www.derechos.org.ve.

- « Salud en las Américas », OPS, 2007.

- « La consulta national sobre la reforma policial en Venezuela : Una propuesta para el diálogo y el consenso », Comisión Nacional para la Reforma Policial, Caracas 2007.

- « La policía venezolana, desarrollo institucional y perspectivas de reforma al inicio del tercer milenio », Tomo I, Comisión Nacional para la Reforma Policial, Caracas 2007.

- Selon l’Institut national de Statistiques (INE), en 2006 Caracas (District-capitale) comptait un peu plus de 2 millions d’habitants.

Lire aussi

Inscrivez-vous à la Newsletter

2019 © Tous droits réservés.